Ce soir ?

Gironde, Isère, Ardèche, Drôme, Jura : pas d’accalmie sur le front des incendies

Written by admin


Un épisode caniculaire qui épuise les centaines de pompiers français et désormais européens engagés d’est en ouest sur de multiples incendies. Sur la zone du pire feu de forêt français du moment, près de Landiras, en Gironde, il devrait encore faire 37 degrés vendredi 12 août, après 41 degrés jeudi, avec 1 100 pompiers qui combattent jour et nuit.

Pour les épauler, 361 pompiers européens – allemands, polonais, autrichiens ou roumains – ainsi que des Canadair italiens, grecs et suédois ont pris jeudi la route du Sud-Ouest. Cet incendie monstre – qui avait déjà noirci 14 000 hectares en juillet et en a ravagé 7 400 en deux jours – a poussé à l’évacuation de 10 000 personnes. « On se croirait en Californie, c’est gigantesque… Pourtant, il y a une culture du feu de forêt » localement, confie, les yeux cernés, Rémy Lahlay, pompier professionnel depuis vingt ans, venu en renfort depuis La Rochelle et habitué aux forêts de résineux, « mais là, on se fait déborder de partout ».

Trois fois plus d’hectares en France ont brûlé que la moyenne annuelle des dix dernières années, et l’année est record dans l’Union européenne depuis le début des relevés en 2006. Même le Jura, au climat normalement plus modéré, est frappé. Depuis mardi, deux incendies ont dévoré environ 660 hectares de forêt dans le sud du département. Jeudi en fin d’après-midi, la progression de l’un des feux sur les communes de Vescles et Cernona a pu être « ralentie », alors que l’autre, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest, a été « fixé », selon la préfecture.

À LIRE AUSSIMégafeux : comment y mettre fin ?

Avant la tombée de la nuit, un autre feu continuait toujours de progresser en Isère sur la commune de Vif et, en Ardèche, près de Vallon-Pont-d’Arc. Dans la Drôme, l’incendie n’était toujours pas fixé dans le massif du Diois, à Romeyer.

750 hectares ravagés dans l’Aveyron

L’incendie qui s’est déclaré lundi dans les villages de Rivière-sur-Tarn et Mostuéjouls, dans l’Aveyron, est désormais fixé, permettant à la plupart des personnes évacuées de rentrer chez elles vendredi, a indiqué la préfecture jeudi soir. « Grâce à l’efficacité des actions menées sans relâche depuis lundi soir par les sapeurs-pompiers, le feu a été fixé à 21 h 40 sur l’ensemble de la zone », a écrit la préfecture de l’Aveyron dans un communiqué.

À LIRE AUSSIQuand le réchauffement climatique s’invite sur le divan

La plupart des logements évacués pourront être réinvestis dès vendredi, précise la préfecture, à l’exception de quatre lieux-dits de la commune de Mostuéjouls. Jeudi soir, selon les pompiers, plus de 750 hectares de végétation, notamment des forêts de résineux, avaient été parcourus par les flammes, souvent dans des zones difficiles d’accès entre le causse de Sauveterre et les gorges du Tarn.

À LIRE AUSSICanadair, camions, drones : face aux incendies, la France sous-équipée ?

Cinq cents personnes avaient dû être évacuées par précaution de leurs habitations et de plusieurs campings du secteur mercredi soir. Déjà dans la nuit de lundi à mardi, 3 000 personnes avaient été évacuées. L’incendie n’a fait aucun blessé.


Leave a Comment