Ce soir ?

La sécheresse ravage le « vert paradis » de la campagne anglaise

Written by admin


Qu’elle était verte la campagne anglaise ! En cet été, les calmes prairies où paissent vaches et moutons, les pelouses tondues douces à l’œil et les parcs entourant les maisons pittoresques aux toits de chaume sont méconnaissables. Au lieu d’être une symphonie pastorale, les délicieux villages anglais ressemblent à l’enfer.

Publiée à la une de toute la presse anglaise, la carte aérienne de l’Angleterre est toute en beige brun, comme une vaste savane africaine. Les zones vertes du royaume sont réduites à une peau de chagrin, essentiellement l’Écosse et l’Irlande du Nord. Les incendies se multiplient et les réserves d’eau sont au plus bas. Même le lieu historique dans les Cotswolds, là où naît la Tamise, le grand fleuve nourricier de la capitale, est à sec !

La perspective de températures records autour de 37-40 degrés lors des prochains jours a contraint les autorités à déclarer l’état d’urgence « ambre », le niveau maximum d’alerte. Par ailleurs, l’état de sécheresse a été décrété officiellement ce vendredi en Angleterre et au pays de Galles.

Scénario cauchemar

En vertu de cette législation, les compagnies régionales d’eau peuvent interdire l’arrosage des jardins. Le comté du Yorkshire a suivi l’exemple du Hampshire, du pays de Galles et du Sud-Est en prohibant l’irrigation. Les contrevenants sont passibles d’une amende de 1 000 livres (1 180 euros).

À LIRE AUSSIEau : des prélèvements mondiaux très inégalitaires

D’autres devraient suivre dans les prochains jours alors que « la Grande-Bretagne est en feu » pour reprendre la manchette alarmiste du tabloïd Daily Express. L’état d’urgence permet de pomper davantage d’eau des rivières pour venir en aide aux agriculteurs les plus touchés, les producteurs de nourriture pour bétail, de légumes ou de pommes de terre.

À lire le scénario cauchemar de The Independent, « la sécheresse va durer des mois ». Le Met Office, l’équivalent de Météo-France, estime que trois mois de pluies d’intensité moyenne seraient nécessaires pour permettre aux réservoirs de revenir à leur niveau du printemps.

Appel à la population

Robert Thompson, professeur à l’université de Reading (Berkshire), redoute en particulier l’effet de pluies diluviennes après une longue période de fortes chaleurs : « Les inondations seront catastrophiques. Le sol est du béton armé et sera incapable d’absorber des pluies torrentielles. On a besoin de petites pluies régulières. »

À LIRE AUSSIIncendies : plusieurs pays européens au secours de la France

La police a fait appel à la population : « N’hésitez pas à nous prévenir immédiatement si vous remarquez quelque chose d’anormal chez les voisins. » Alors que le gouvernement central est aux abonnés absents depuis la chute du Premier ministre, Boris Johnson, les mairies ont réitéré l’interdiction des barbecues jetables à l’origine de nombreux incendies. Les supermarchés ont pris les devants en les retirant des rayons. La Premier League, l’équivalent de la Ligue 1 française, a autorisé plusieurs arrêts de jeu au cours des matchs de championnat se déroulant ce week-end pour permettre aux joueurs de football de se désaltérer.

Face aux effets de la chaleur, les hôpitaux sont débordés et les délais d’attente aux urgences peuvent atteindre jusqu’à douze heures. Avec le triplement prévu, à l’automne, des factures d’électricité, seuls les plus nantis ont recours à l’air conditionné à Londres.


Leave a Comment