Ce soir ?

Le taux de chômage quasi stable au 2e trimestre en France

Written by admin


Le taux de chômage est quasi stable au deuxième trimestre 2022 à 7,4 % de la population active en France (hors Mayotte), contre 7,3 % au premier trimestre de l’année, selon les chiffres publiés vendredi 12 août par l’Insee.

Au deuxième trimestre, le nombre de chômeurs, au sens du Bureau international du travail (BIT), atteint 2,3 millions de personnes, soit 29 000 de plus sur le trimestre, et retrouve le même niveau qu’au dernier trimestre de l’année 2021. Le taux de chômage est inférieur de 0,8 point à celui d’avant la crise sanitaire (fin 2019).

Le taux de chômage retrouve son niveau du quatrième trimestre de l’année 2021. « Il est inférieur de 0,5 point à son niveau du deuxième trimestre 2021 et de 0,8 point à celui d’avant la crise sanitaire (fin 2019) », indique l’Insee.

À LIRE AUSSIUn Français sur deux est-il au chômage au moment de la retraite ?

Le taux de chômage de longue durée en baisse

Lors du deuxième trimestre 2022, le taux de chômage des jeunes augmente (+ 1,3 point à 17,8 %), mais reste bien en deçà de son niveau d’avant crise (de 3,7 points). Dans les autres catégories d’âge, il reste quasi stable chez les 25-49 ans (+ 0,1 point, à 6,7 %), et diminue de 0,3 point chez les plus de 50 ans (à 5,2 %).

À LIRE AUSSIApprentissage : la Cour des comptes alerte sur un gouffre financier

Concernant l’indicateur du « halo sur le chômage », soit les personnes désirant retourner sur le marché de l’emploi mais qui ne sont pas considérées comme chômeuses par le BIT (chercher effectivement un emploi et être disponible pour en prendre un), il augmente faiblement lors du trimestre à 1,9 million de personnes (+ 0,1 point à 4,5 %).

À LIRE AUSSIChômage : une baisse dopée à l’apprentissage subventionné ?

Le taux de chômage de longue durée (au moins un an) est en très légère baisse, à 2,1 % de la population active (- 0,1 point) et demeure inférieur de 0,3 point par rapport à son niveau d’il y a un an. Quant à la part du sous-emploi, les personnes au chômage partiel ou à temps partiel et souhaitant travailler plus, elle diminue de 0,1 point sur le trimestre (soit 4,6 millions de personnes). C’est ainsi le plus bas niveau de sous-emploi depuis 1992.

À LIRE AUSSIArtus – France : les limites des politiques macroéconomiques


Leave a Comment