Ce soir ?

Lentz – Mythes et légendes autour de la naissance de Napoléon

Written by admin


Le 15 août est en Corse une journée particulière. On y fête l’Assomption de la Vierge avec plus de faste qu’ailleurs depuis 1735, où l’île s’est placée sous la protection de la Mère du Christ. C’est pourquoi la jeune Letizia Ramolino – elle avait 19 ans –, épouse de l’avocat Charles Bonaparte, n’aurait raté pour rien au monde la messe dite en la cathédrale d’Ajaccio, bien qu’en cet été 1769, elle fût quasiment à terme de sa quatrième grossesse. Pour le moment, une seule avait donné un enfant viable, le petit Joseph, âgé d’un an et demi.

Accompagnée par sa mère, une tante et son époux, elle répondit donc à l’appel des cloches pour remonter les quelques ruelles qui séparaient son domicile de la cathédrale. Vers midi, en pleine célébration, elle fut prise des douleurs de l’enfantement, si bien qu’on la reconduisit chez elle. Sans difficultés (c’est elle qui le dira), elle accoucha d’un garçon, probablement dans sa chambre ou peut-être sur le sofa du salon, mais sans doute pas sur un banc de l’entrée et encore moins sur un tapis orné d’un lion ou d’un portrait de César, puisqu’il n’y avait pas de tapis à la maison Bonaparte (c’est encore Letizia qui l’a dit). On n’en sait guère plus sur la naissance du futur empereur Napoléon, sinon qu’il avait la tête un peu grosse. C’est bien maigre, certes, mais le reste est broderie ou invention, une fois le fabuleux destin de son rejeton accompli.

À LIRE AUSSINapoléon Bonaparte, empereur du tourisme à Ajaccio

On donna à l’enfant le prénom d’un oncle décédé, décliné dans les textes successifs en Nabulion, Napulione, voire Lapulion, avant de se stabiliser en Napoleone et, enfin, en Napoléon. Allaité par sa mère dans les premiers temps puis confié à une nourrice – Camilla Illari –, il avait été rapidement ondoyé pour être en règle avec Dieu, par un abbé Diamante. Il ne fut baptisé que le 21 juillet 1771, et c’est l’enregistrement de ce sacrement qui « établit » juridiquement la date de sa naissance. À l’époque, l’acte de naissance était quasi-inconnu en Corse, ce qui explique qu’il n’en existe pas pour Napoléon, en dehors d’un document inséré dans les registres ajacciens à la demande de son père quelques années plus tard.

Mystère

Partant, certains se sont demandé si Napoléon était vraiment né le 15 août 1769, préférant parfois la date du 7 janvier 1768, jour habituellement donné pour la naissance de son frère Joseph (qui sera un jour roi de Naples puis d’Espagne). Chateaubriand et Mme de Staël en ont profité pour affirmer que cet empereur qu’ils n’aimaient pas n’était pas né « Français » puisque l’Île de Beauté ne fut rattachée au royaume qu’au printemps 1768. Cette discussion est vaine, car la notion de nationalité ou de citoyenneté, telle qu’elle fut créée par la Révolution, n’avait aucun sens à l’époque. Dans tous les cas, Napoléon bénéficia d’une loi de 1790 disposant que tous les habitants de la Corse étaient de plein droit citoyens français, quel que fût le moment de leur naissance.

À LIRE AUSSI« Napoléon est le personnage historique le plus consulté sur Google après le Christ »

N’empêche qu’il y a un petit imbroglio dans les documents authentiques concernant les dates de naissance des frères Bonaparte. Tout part d’une des copies de l’acte de baptême de Joseph. Établi le lendemain de sa naissance, l’original est conservé à la bonne date (8 janvier 1768) dans les registres des archives de Corte. Il porte les prénoms de l’enfant, à savoir Joseph Nabulion. Il en existe deux autres versions presque contemporaines. La première, aux archives d’Ajaccio, est conforme à l’original. C’est la seconde qui pose problème. Établie le 19 juillet 1782 par un juge de Corte, elle ne porte que le prénom Nabulion et est conservée au Service historique de la Défense… dans le dossier de carrière de Napoléon Ier. Sur ce « mystère », on doit pencher pour l’erreur de classement, car en 1782, il n’y avait aucun intérêt à intervertir les dates de naissance. Joseph et Napoléon étaient élèves dans les écoles royales du continent et considérés comme « sujets du roi de France ». D’ailleurs, dans deux écrits contemporains de Charles Bonaparte, datant de 1780 et 1785, celui-ci donne par deux fois les dates habituelles pour les naissances de ses fils : 7 janvier 1768 pour Joseph, 15 août 1769 pour Napoléon. Cette dernière date figure aussi sur l’acte de baptême, conservé aux Archives municipales d’Ajaccio.

Napoléon breton ?

Ces documents historiques n’ont pas empêché une seconde vague de suppositions autour de la naissance de Napoléon. On voudrait désormais qu’il soit né plus tardivement pour qu’il ne soit pas le fils de Charles mais celui de Louis de Marbeuf, gouverneur de la Corse. Napoléon serait né cette fois en 1770 ou en 1771. Mieux, il aurait vu le jour… en Bretagne, près de Morlaix, où Marbeuf possédait manoir, à moins, disent d’autres, que le secret puisse être percé par l’étymologie du prénom Napoléon, qui signifierait « né à Saint-Pol-de-Léon ».

On devrait évidemment sourire de ces légendes apparues au milieu du XIXe siècle, si elles n’étaient aujourd’hui reprises par des écrivains bretonnants et sans cesse reverdies par une presse cherchant le sensationnel. Qu’il nous suffise de dire que Letizia ne se lia à Marbeuf que courant 1771. Si le gouverneur la courtisa, il n’y a aucune preuve historique qu’elle lui ait cédé. Qui plus est, personne n’a pu établir qu’elle ait jamais mis les pieds en Bretagne.

Il nous faudra donc conclure de façon décevante pour les amateurs de mystères : Napoléon est né à Ajaccio, le 15 août 1769. Il y a aujourd’hui 253 ans.


Leave a Comment