Ce soir ?

Orages en Corse : le déclenchement de l’alerte météo mis en cause

Written by admin


Les prévisionnistes ne l’avaient pas vue venir. Du moins, pas avec une telle intensité. Alors qu’elle s’était réveillée en vigilance jaune, jeudi matin, la Corse a été frappée de plein fouet par une tempête aussi violente que soudaine. Des rafales jusqu’à 224 km/h et des orages qui ont été la cause de cinq morts, d’une vingtaine de blessés et d’innombrables dégâts matériels.

L’épisode orageux a démarré vers 8 heures du matin. Pourtant, ce n’est qu’à 8 h 35, après avoir enregistré ces rafales extrêmes, que les deux départements insulaires ont été placés « immédiatement » en vigilance orange pour alerter la population.

À LIRE AUSSI« Personne n’a rien vu venir » : en Corse, la sidération après la tempête

En Corse et sur les réseaux sociaux, nombre d’internautes n’ont pas manqué de faire part de leur incompréhension, esquissant l’ombre d’une polémique après ces intempéries meurtrières. L’alerte orange a-t-elle été déclenchée trop tard ?

« Il est un petit peu trop tôt pour le dire », a déclaré Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, en déplacement sur l’île jeudi soir. D’autres, en tout cas, ont un avis plus tranché sur la question, comme Étienne Farget, météorologue amateur. « Mercredi après-midi, on ne pouvait pas prévoir l’intensité de ce phénomène, estime cet ancien prévisionniste des risques météorologiques pour le site Météo-Contact. Mais jeudi matin, peu avant 7 heures, il était évident qu’on se dirigeait vers un épisode intense. Les satellites étaient éloquents. Il y a sûrement eu un couac. »

Repenser le système d’alerte

À l’image de ce passionné de météo, nombre d’internautes ne cachent pas leur étonnement. Sur Twitter, Sébastien Brana, administrateur de l’association Infoclimat, s’interroge lui aussi sur cette alerte « qui n’est pas déclenchée dans les délais nécessaires pour protéger les personnes et les biens. » Doit-on parler d’un loupé des prévisionnistes ?

S’il reconnaît avoir été « surpris » par la violence de cet épisode, Patrick Rebillout, chef du centre Météo-France de Corse, explique que « les modèles numériques, même les supercalculateurs les plus performants, ont du mal à prévoir des phénomènes aussi soudains, c’est ce qui nous a fait passer tardivement en vigilance orange. Dès mercredi midi, cependant, la préfecture avait été prévenue d’un épisode orageux qui pouvait toucher les zones côtières avec des rafales jusqu’à 100 km/h. Même si, à l’évidence, nos prévisions ont sous-estimé leur intensité et leur capacité à rentrer à l’intérieur des terres. »

La multiplication de ces phénomènes intenses pourrait toutefois conduire les services de Météo-France et les autorités à repenser le système d’alerte. Selon les prévisionnistes, un projet est à l’étude avec la Direction générale de la sécurité civile afin de mettre en place le « cell broadcast », une technique de diffusion cellulaire par géolocalisation permettant d’envoyer des alertes par SMS aux personnes se trouvant dans une zone à risques.

« C’est la seule solution pour pouvoir prévenir rapidement le plus grand nombre de personnes possible, estime Patrick Rebillout. C’est un système qui a fait ses preuves dans d’autres pays. J’ai bon espoir que nous puissions le généraliser en France. »


Leave a Comment