Ce soir ?

(dernier para, merci)Les pratiques alternatives font débat sur Doctolib

Written by admin


Les réseaux sociaux s’agitent depuis vendredi autour de la présence de thérapies non reconnues, telles que la sophrologie et la naturopathie, sur la plateforme de prise de rendez-vous Doctolib. Plusieurs professionnels de santé épinglent le site spécialisé pour son intégration de praticiens n’ayant pas obtenu de diplôme d’État. Si ces thérapies ne correspondent pas à de la médecine, elles font de plus en plus d’adeptes, affirme le PDG de Doctolib au Parisien ce lundi. « La demande est là. Ce n’est pas à nous de dire si ces activités sont efficaces ou utiles. Elles sont légales, nous n’avons donc pas de raison d’empêcher les praticiens d’être inscrits sur notre site », se défend Stanislas Niox-Chateau.

« Sur ce sujet, la société évolue et par exemple, certaines associations de patients promeuvent l’accès à des thérapies complémentaires. Nous considérons que ce n’est pas le rôle de Doctolib de trancher ces débats », peut-on également lire sur le compte Twitter de l’entreprise. Certains utilisateurs et médecins dénoncent, eux, des risques de dérive et une potentielle décrédibilisation des professions régies par le Code de la santé publique. Selon eux, l’arrivée des homéopathes, acupuncteurs et autres sur la plateforme serait une porte ouverte aux charlatans. « Son nom, Docto-lib, induit en erreur. Il faudrait créer la branche Parallèle-lib », raille le docteur Franck Clarot, consulté par Le Parisien.

Une inscription pour signifier la non-réglementation de ces pratiques

Pour Stanislas Niox-Chateau, ces métiers relevant du domaine du « bien-être » ont leur place sur Doctolib, d’autant qu’il faut en avoir explicitement formulé la requête dans la barre de recherches pour être dirigé vers ces derniers. Un avertissement figure toutefois sur leurs fiches : « Ce praticien exerce une profession non réglementée. »

« On parle là de quelque chose de marginal, ce sont 3 % des 170 000 praticiens de notre site, 0,3 % des prises de rendez-vous et 0,06 % si on prend l’exemple de la naturopathie ! Notre rôle est d’informer l’utilisateur, lui donner une information claire, mais pas de l’empêcher. Nous ne sommes pas l’annuaire du ministère de la Santé », martèle le PDG du site.

Référence en naturopathie, la nonagénaire Irène Grosjean est visée par une polémique après la diffusion d’une ses vidéos préconisant des gestes s’apparentant à des agressions sexuelles sur des jeunes enfants pour les soigner de la fièvre. En conséquence, 17 des disciples de cette naturopathe ont été suspendus par Doctolib.

À LIRE AUSSISanté : en levant 500 millions d’euros, Doctolib change de dimension


Leave a Comment