Ce soir ?

Algérie : le leader des Frères musulmans critique la venue du grand rabbin de France

Written by admin


La présence, inédite, dans la délégation officielle du président Emmanuel Macron à Alger du grand rabbin de France, Haïm Korsia, d’origine algérienne, irrite certains milieux de l’opinion algérienne, et même certains politiques. Après une salve de messages et de tweets dénonçant « ce rabbin qui affiche un soutien sans vergogne à l’entité sioniste », c’est au parti du Mouvement de la société pour la paix (MSP, tendance Frères musulmans) de prendre le relais, ce mardi 23 août, via un post Facebook sur la page officielle de son président, Abderrazak Makri.

Pour le leader islamiste, le déplacement du grand rabbin de France en Algérie participerait aux pressions exercées sur l’Algérie pour normaliser ses relations avec Israël. Makri écrit : « Après le scandale impliquant des joueurs de football pour visiter l’entité [Israël, allusions aux internationaux algériens de l’OGC Nice qui ont disputé à Tel-Aviv un match de la Coupe de l’UEFA, NDLR], voilà encore la France officielle qui ramène le grand rabbin de France qui soutient l’entité et qui dénie leurs droits aux Palestiniens. »

À LIRE AUSSIL’islamisme a la patience de « l’araignée »

L’Algérie s’oppose au processus de normalisation enclenchée entre Israël et des pays arabes à l’instar des Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc. Alger a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat en août 2021 en bonne partie à cause de la normalisation des relations avec Israël. « Nous ne participerons pas à la course à la normalisation, et nous ne la bénissons pas », avait déclaré, en septembre 2020, le président algérien Abdelmadjid Tebboune aux médias. D’ailleurs, ces tensions sur la question de la normalisation avec Israël constituent un des défis majeurs pour la bonne tenue du prochain Sommet de la Ligue arabe prévu à Alger les 1er et 2 novembre prochains.

Continuant sur sa lancée sur Facebook, le leader du MSP brocarde la France, « chef de file de la laïcité et du jacobinisme qui combat tous liens entre religion et politique, mais qui le pratique finalement ». Pour Abderrezak Makri, « la laïcité en France ne concernerait que l’hostilité contre l’islam à travers les discours de son président ». Cette sortie du chef du MSP a été beaucoup commentée sur les réseaux sociaux. Aux côtés des supporteurs de cette dénonciation, des critiques fusent : « Pourquoi ne pas dénoncer au Parlement et officiellement ? » s’interroge l’un des internautes, une manière de rappeler au MSP sa politique prudente d’opposant qui joue à l’entrisme sans trop s’attirer les foudres du pouvoir central. « Quand Erdogan [grand soutien des Frères musulmans, NDLR] accueille les responsables israéliens, on ne vous a pas entendu, M. Makri », réagit un autre internaute.

À LIRE AUSSIAux Émirats, le fructueux pacte israélo-arabe


Leave a Comment