Ce soir ?

Pénurie de professeurs : la formation express des nouveaux contractuels

Written by admin


Quatre petits jours de formation. C’est ce qui attend les enseignants contractuels, pour la plupart débutants, qui vont investir une partie des 4 000 postes vacants lors de cette rentrée scolaire. Car le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, l’a promis : « Il y aura un professeur devant chaque classe. » Mais comme le souligne France Info, la plupart de ces recrues seront contractuelles et des débutants, et n’auront donc que quelques jours pour se préparer.

Une partie de la formation sera dédiée au fonctionnement de l’école, aux relations avec les parents d’élève et le directeur de l’établissement. Un module sur la question de la laïcité sera aussi dispensé. Deux autres jours seront dédiés à la préparation des cours fondamentaux. Le grand saut aura lieu le 1er septembre. Et pour la plupart, ces nouveaux instituteurs ne savent pas à quel niveau ils devront enseigner. C’est le cas de Brice, ancien commercial, qui n’a aucune expérience en matière de pédagogie. Il confie cependant à France Info : « Dans une école, il y a une équipe, des collègues, une directrice. Il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas. »

Un suivi par l’inspection et le directeur d’école

Les enseignants ne devraient pas se retrouver seuls pour cette année scolaire : ils seront suivis par les directeurs d’école ainsi que par l’inspection académique et devront suivre une vingtaine de journées de formation pendant l’année.

À LIRE AUSSIUn « job dating » pour recruter des professeurs en 30 minutes

Un autre problème n’est cependant toujours pas résolu par l’Éducation nationale : le secondaire manque encore de personnel. Des débutants risquent de devoir se substituer à des titulaires, et ce, dès la rentrée, sans véritable formation. Et cette inconnue qui subsiste, malgré la promesse du ministre : y aura-t-il assez de volontaires pour occuper tous les postes ?


Leave a Comment