Ce soir ?

Sandrine Rousseau dans le viseur de la Fédération nationale des chasseurs

Written by admin


Des mots qui ne passent pas et qui pourraient avoir de lourdes conséquences. Comme le révèle L’Obs jeudi 25 août, la Fédération nationale des chasseurs (FNC) a décidé de porter plainte contre Sandrine Rousseau pour dénigrement et propos stigmatisants. La députée écologiste avait déclaré, au mois de février dernier, « qu’un féminicide sur quatre était lié à une arme de chasse », sur le plateau de l’émission Les 4 Vérités, sur France 2.

L’association présidée par Willy Schraen réclame en contrepartie 98 879,40 euros de dommages et intérêts, ce qui représente dix centimes d’euros pour les 988 794 chasseurs disposant d’un permis, soulignent nos confrères. « La confrontation va avoir lieu et je ne compte pas me laisser intimider par ces gens », a de son côté réagi l’élue d’Europe Écologie-Les Verts.

« Une ligne a été franchie »

L’Obs explique que pour étayer ses propos, Sandrine Rousseau s’est vraisemblablement basée sur un décompte du collectif Féminicide par compagnon ou ex, qui affirme qu’un fusil de chasse a été utilisé dans un quart des 102 féminicides commis en 2020 et des 106 dénombrés en 2021.

À LIRE AUSSIEntre Mélenchon, Jadot et les chasseurs, un dialogue de sourds

« C’est un gros raccourci, il n’y a évidemment pas que les chasseurs qui possèdent un fusil de chasse », a répliqué Jean-Michel Dapvril, le directeur délégué en charge des affaires juridiques de la Fédération nationale des chasseurs. « Elle a le droit d’être anti-chasse, mais affirmer que nous sommes intrinsèquement violents, ça, nous ne l’acceptons pas. Une ligne a été franchie », regrette-t-il également. Ce sera désormais à la justice de trancher.


La rédaction vous conseille

Leave a Comment