Ce soir ?

Ankara juge « inacceptables » les propos de Macron à Alger 

Written by admin


Les propos tenus vendredi par Emmanuel Macron, ciblant notamment la Turquie, à l’issue de sa visite au cimetière chrétien et juif de Bologhine (ex-Saint-Eugène) à Alger, ne passent pas pour Ankara. 

Le président français avait appelé la jeunesse algérienne et africaine à « ne pas se laisser embarquer » par « l’immense manipulation » de « réseaux » téléguidés « en sous-main » par des puissances étrangères qui présentent la France comme « l’ennemie », nommant la Turquie, la Russie et la Chine, et leur attribuant un « agenda d’influence, néo-colonial et impérialiste ».

À LIRE AUSSIErdogan aux petits soins pour l’Algérie

Colère à Ankara

Le lendemain 27 août, le porte-parole des Affaires étrangères turques, Tanju Bilgic, a réagi en conférence de presse à Ankara, estimant qu’il est « extrêmement regrettable que le président français, Emmanuel Macron, ait fait des déclarations visant la Turquie, ainsi que d’autres pays, lors de sa visite en Algérie ». « Il est inacceptable que le président français Macron, ayant du mal à affronter son passé colonial en Afrique, notamment en Algérie, tente de s’en débarrasser en lançant des accusations contre d’autres pays, dont la Turquie », a poursuivi Tanju Bilgic.

Pour l’officiel turc, « si la France est d’avis qu’il y a des réactions contre elle sur le continent africain, elle devrait chercher la source de ces réactions dans son propre passé colonial et dans ses efforts pour poursuivre encore ces pratiques à travers les méthodes différentes, et elle devrait essayer de les réparer ». 

« Nous espérons que la France atteindra le plus rapidement possible la maturité nécessaire pour faire face à son propre passé colonial sans accuser d’autres pays, y compris le nôtre », a conclu le porte-parole de la diplomatie turque. Pour le moment, ni la Chine ni la Russie, partenaires clés de l’Algérie, n’ont encore réagi aux déclarations d’Emmanuel Macron. 

À LIRE AUSSIAlgérie, Maroc, Tunisie : Erdogan, l’ami qui ne leur veut pas que du bien

Mantra turc sur la colonisation 

Ce n’est pas la première fois qu’Ankara s’invite dans les affaires franco-algériennes ou dans la thématique de l’histoire coloniale. La plus récente remonte à février 2021 à la suite d’une déclaration de Macron au think tank américain Atlantic Council appelant à « faire partir les troupes turques de Libye, d’obtenir le départ des milliers de djihadistes envoyés depuis la Syrie vers la Libye par la Turquie elle-même ». Réagissant à cette sortie, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré : « Macron demande à la Turquie de se retirer de Libye. Je lui dis de garder son conseil pour lui, car nous n’avons fait que notre devoir en vertu de l’accord sécuritaire et militaire que nous avons conclu avec les Libyens […] Vos ancêtres ont tué un million d’Algériens. Rendez des comptes sur cela. Quant à la Turquie, il n’y a rien de tel dans son passé et il n’y en aura jamais. Nos mains ne sont pas tachées de sang, les vôtres le sont ! »

Le 30 septembre 2021, et face aux jeunes réunis à l’Élysée pour échanger sur la mémoire de la colonisation, Macron avait indiqué qu’il était « fasciné de voir la capacité qu’a la Turquie à faire totalement oublier le rôle qu’elle a joué en Algérie et la domination qu’elle a exercée. Et d’expliquer qu’on est les seuls colonisateurs, c’est génial. Les Algériens y croient ». 

À LIRE AUSSIParasitages turcs sur la ligne Paris-Alger


Leave a Comment