Ce soir ?

Quand un passager (insolite) s’invite aux contrôles de sécurité de l’aéroport 

Written by admin


Non, l’aéroport international de Charlotte (Caroline du Nord) n’est pas menacé par une invasion de rapaces. Cette réflexion, qui peut paraître totalement farfelue, a certainement dû traverser l’esprit de quelques passagers américains qui étaient dans le terminal aéroportuaire, jeudi 25 août, selon une information rapportée par CNN. En effet, ce jour-là, un pygargue à tête blanche – l’animal symbole par excellence des États-Unis – s’est immiscé dans la file d’attente des contrôles de sécurité de l’aéroport, perché sur le bras de son propriétaire. 

Cette présence insolite, largement relayée sur les réseaux sociaux, a même fait sourire le patron de l’agence fédérale chargée de la sécurité du transport aérien, la Transportation Security Administration. Dans un tweet, le porte-parole de la division sud-est de l’agence s’est amusé de la situation. « Notre invité spécial était « Clark » du World Bird Sanctuary. Il avait décidé d’offrir à ses ailes une petite pause. Sa compagnie aérienne nous a informés et nous l’avons contrôlé ainsi que son maître. Clark est même formé pour déployer ses ailes (comme les humains lors des palpations de sécurité, ndlr) », a-t-il déclaré.

À LIRE AUSSI« Le chant des oiseaux nous connecte au sauvage »

Un animal symbole devenu « ambassadeur volant »

Selon les éléments publiés par la presse américaine, l’animal était à l’aéroport de Charlotte après avoir participé à une manifestation d’une université de l’État de Caroline du Nord, lors d’une cérémonie de remise de diplômes. Clark, lui, est originaire de la banlieue de Saint-Louis (Missouri), ville située à plus de 1 000 kilomètres.

L’oiseau vit depuis sa naissance dans un sanctuaire visant à réhabiliter des oiseaux blessés. Il fait également office de refuge pour les individus qui ne pourraient pas survivre dans la nature. C’est le cas de Clark, pygargue à tête blanche, né avec des malformations au niveau de ses pattes, selon le site du sanctuaire, cité par CNN. Depuis, Clark est devenu un « ambassadeur volant » pour le sanctuaire animalier.


La rédaction vous conseille

Leave a Comment