Ce soir ?

Séries : une rentrée qui va vous laisser KO !

Written by admin


Voici notre sélection spéciale remise en forme pour reprendre de bonnes habitudes de sériephile, ou entamer un marathon télévisé après la pause estivale. On commence pour s’échauffer avec un cours d’aérobic grâce à Toutouyoutou, une nouveauté française signée OCS qui va vous donner du peps. Enfilez ensuite vos gants pour rejoindre Mike Tyson sur le ring… ou regardez depuis le confort de votre canapé la mini-série Mike qui explore la vie et la carrière du boxeur légendaire. Maintenant que votre endurance a été testée, vous êtes prêts pour les sensations fortes du Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir. Savourez le retour en Terre du Milieu ! Et pour une dernière accélération cardiaque, plongez-vous dans l’univers Star Wars avec la série Andor portée par Diego Luna. Après tous ces efforts, votre récompense sera le doudou de la rentrée : le reboot plein de nostalgie de Hartley, cœurs à vif.

Le Seigneur des anneaux : Les Anneaux de pouvoir

L’attente a été interminable ! C’est en 2017 qu’Amazon Studios acquiert les droits télévisés de l’œuvre de J. R. R. Tolkien pour la modique somme de 250 millions de dollars. Le budget de production des huit premiers épisodes, qui sont diffusés à la rentrée en livraison hebdomadaire, aurait quant à lui atteint les 465 millions de dollars, faisant des Anneaux de pouvoir la série la plus chère de l’histoire de la télévision. Les clés du royaume ont été confiées à J. D. Payne et Patrick McKay, deux scénaristes dont la filmographie est presque aussi déserte que la région du Northern Waste. Ils ont donc tout à prouver, surtout quand on connaît le succès des films de Peter Jackson qui les ont précédés. Peut-être afin d’éviter toute comparaison trop directe, l’action se déroule en Terre du Milieu plusieurs milliers d’années auparavant, pendant le Deuxième Âge. C’est l’époque de l’ascension du maléfique Sauron et de la création des fameux anneaux. Parmi les héros tolkieniens, on retrouve Galadriel (interprétée ici par Morfydd Clark), Elrond (Robert Aramayo) et Gil-Galad (Benjamin Walker). Sans oublier les Pieds velus, ancêtres des Hobbits, et les Númenoréens, habitants de l’île de Númenor. Après visionnage de deux épisodes, il semble bien que le pari soit d’ores et déjà gagné. Mais la légende ne dit pas (encore) si cette mythologie revigorée arrachera la victoire des audiences face au préquel de Game of Thrones, House of The Dragon (sorti sur OCS le 22 août). Le combat ne fait que commencer…

Disponible sur Amazon Prime le 2 septembre.

Mike (mini-série)

A-t-on vraiment besoin d’un énième biopic non autorisé consacré à une star sulfureuse de notre passé proche ? Pour Craig Erwich, le président de Hulu Originals, studio à qui l’on doit déjà Pam & Tommy (sur Pamela Anderson Tommy Lee) et Pistol, produire une mini-série sur la vie du boxeur bad boy Mike Tyson va de soi : « Les œuvres biographiques sont prisées des fans […] Nous avons une stratégie qui fonctionne très bien et qui consiste à appliquer un regard moderne sur des histoires et des figures de la pop culture de ces dernières années. Cela révèle des choses intéressantes sur notre présent. » En l’occurrence, la série promet d’examiner sans concessions la violence du rêve américain, à la lumière de #MeToo et #BlackLivesMatter. La réussite de Mike repose sur le talent de Steven Rogers et Craig Gillespie pour raconter des histoires vraies (Moi, Tonya au cinéma, Pam & Tommy à la télévision) et sur le charisme de l’acteur américain et ancien champion d’athlétisme Trevante Rhodes (vu au cinéma dans Moonlight et Bird Box). Attention ! Une autre mini-série dédiée à la vie de Tyson (cette fois-ci, avec son accord) est en cours de préparation ! Les poids lourds Martin Scorsese et Antoine Fuqua sont les producteurs exécutifs et c’est Jamie Foxx qui incarnera l’homme derrière les gants. Alors qui mettra qui KO ?

Disponible sur Disney+ le 8 septembre.

Toutouyoutou

Comme son titre l’indique, cette série bien de chez nous nous entraîne dans les années 1980 à l’époque bénie par le dieu cathodique de Gym Tonic de Véronique et Davina. Nous sommes à Blagnac, dans la région de Toulouse, et Karine (Claire Dumas) est une femme au foyer qui s’imagine que changer de coiffure pourrait l’aider à changer de vie. Peine perdue. Jusqu’au jour où sa nouvelle voisine, l’Américaine Jane (Alexia Barlier), lui propose de s’inscrire à son cours d’aérobic. Karine reprend peu à peu confiance en elle, au point d’en devenir méfiante : qu’est donc venue faire cette Texane débordante d’énergie dans une ville-dortoir peuplée de travailleurs de l’industrie aéronautique ? Eh bien, justement, derrière son physique fuselé, Jane cache un secret. Au croisement entre Mytho (Arte) et The Americans, cette production OCS Signature écrite par Géraldine de Margerie et Maxime Donzel (auteurs des pastilles hilarantes Tutotal sur Arte) est une découverte du festival Séries Mania 2022 qui tient ses promesses. Démontrant une grande tendresse envers des personnages qui, chacun à leur façon, ont besoin de se libérer du carcan qui les oppresse, Toutouyoutou est la série la plus feel good de la rentrée.

Disponible sur OCS le 8 septembre.

The Serpent Queen

Catherine de Médicis n’est-elle pas la reine la plus rock and roll de l’histoire de France ? À en croire The Serpent Queen, elle était même plutôt assez punk. La série commence lorsque, âgée de 14 ans à peine, Catherine quitte Florence pour rejoindre Henri (le futur roi de France), à qui elle a été promise. Lors du banquet célébrant les jeunes mariés (joués par Liv Hill et Alex Heath), la préceptrice et maîtresse d’Henri, Diane de Poitiers (délicieuse Ludivine Sagnier), délivre cette perle à Catherine : « Pour une femme, être veuve, c’est ce qu’il y a de mieux. On garde l’argent et si on est assez dévote, personne ne vous impose un remariage. » Sa prédiction ne se révélera pas tout à fait exacte… Lorsque l’on rencontre la reine au début de la série (c’est l’Anglaise Samantha Morton qui incarne Catherine à l’âge adulte), elle est devenue une veuve visiblement aigrie, qui s’accroche aux vestiges de son influence pour intimider une jeune servante nommée Rahima (Sennia Nanua). Alors qu’elle délie le fil tortueux de son histoire personnelle et les conséquences des décisions controversées qu’elle prend en tant que régente dans la seconde moitié du XVIe siècle, nous comprenons que Catherine est moins une figure tyrannique, qu’une survivante. Dans un monde où la violence contre les femmes est de rigueur, elle n’a pas d’autre choix que de recourir aux mêmes armes. Grâce à la performance impertinente (les regards caméra façon Fleabag) des deux actrices qui l’incarnent, cette reine venimeuse sort du lot dans le paysage des antihéroïnes télévisées. Vous allez adorer la détester.

Disponible sur Starzplay le 11 septembre.

Hartley, cœurs à vif

Enfin une rentrée qui va vous donner envie de retrouver les bancs de l’école (et ce, même si vous avez passé l’âge) : le reboot de Hartley, cœurs à vif, la série ado australienne culte diffusée de 1995 à 1999 sur France 2 à l’heure du goûter. Nick, Drazic et Katarina laissent leur place à une toute nouvelle génération de lycéens qui vont traverser ensemble les affres de l’adolescence dans un quartier populaire de Sydney. Amitié, amour, drogues, racisme, crise identitaire… Les thématiques originales sont actualisées pour 2022 sous l’impulsion de Que Minh Luu, la directrice des productions Netflix australiennes, qui elle-même a grandi dans les années 1990. « Hartley, cœurs à vif n’était pas seulement populaire, c’était une œuvre qui parlait aux adolescents de l’époque. […] Pour la première fois, ils avaient le sentiment qu’une série pouvait comprendre ce qu’ils traversaient. On veut puiser dans cette émotion. » Les spectateurs les plus nostalgiques seront impatients de voir si ce défi a été relevé ; les autres se laisseront entraîner dans les aventures d’Amerie (Ayesha Madon), Harper (Asher Yasbincek), Quinni (Chloe Hayden) et Darren (James Majoos) et d’une large galerie de personnages. Une chose est sûre : la série promet d’être aussi honnête et rebelle que dans nos souvenirs et on lui souhaite de trouver sa place parmi ses camarades de promo 2022, parmi lesquelles Euphoria et Heartstopper…

Disponible sur Netflix le 14 septembre.

Andor

Voici la dernière série en date inspirée de l’univers Star Wars. Après la réception tonitruante réservée à The Mandalorian et le verdict plus mitigé du Livre de Boba Fett et d’Obi-Wan Kenobi, les fans attendent Andor avec une excitation justifiée. Préquel en 12 épisodes de Rogue One (2016), cette production signée Tony Gilroy (scénariste et réalisateur sur la saga Jason Bourne) se déroule cinq ans avant les événements du film, au moment où l’avènement de l’Empire galactique donne naissance à la Rébellion. L’espion-pilote au service de la Résistance, Cassian Andor, est à nouveau interprété par Diego Luna. Comme le laisse voir la bande-annonce époustouflante, il devra faire face à des trahisons et des dangers inédits. À ses côtés, on découvre avec plaisir Stellan Skarsgard, qui prête ses traits à Luthen Rael, ainsi que Forest Whitaker et Fiona Shaw dans des rôles secondaires.

Disponible sur Disney+ le 21 septembre.

Les retours à ne pas manquer

Nos karatékas préférés reviennent sur Netflix, le 9 septembre, avec la saison 5 de Cobra Kai. Du côté d’OCS, on retrouve deux monuments, au sens propre et figuré : la seconde saison de L’Opéra le 20 septembre et la cinquième saison de The Handmaid’s Tale (La Servante écarlate) le 15 septembre. La résistance menée par June (formidable Elisabeth Moss) continue ! Pour un peu de légèreté, suivez la pétulante hôtesse de l’air interprétée par Kaley Cuoco dans la saison 2 de The Flight Attendant sur Warner TV le 8 septembre. Enfin, le 12 septembre, la cérémonie des Emmy Awards, surnommés « les Oscars de la télévision », sera diffusée sur Série Club. Que le meilleur gagne !


Leave a Comment