Ce soir ?

Le yen au plus bas depuis 1998 face à un dollar en pleine forme

Written by admin


Le yen plongeait jeudi pour atteindre un plus bas depuis 24 ans face au dollar, qui profitait de son statut de valeur refuge dans un marché inquiet, bondissant également face à l’euro et la livre. La devise japonaise, qui souffre par ailleurs de la politique ultra-accommodante de la Banque du Japon (BoJ), perdait 0,73 % à 140,00 yens, vers 14 h 45 GMT (16 h 45 à Paris). La dégringolade du yen, qui a fondu de plus de 20 % depuis un an, est attribuée par les cambistes à la politique monétaire japonaise, qui reste très souple.

Contrairement aux États-Unis et à l’Europe, où l’inflation flambe et a même dépassé 10 % au Royaume-Uni, l’inflation au Japon a atteint 2,4 % sur un an en juillet, assez proche de l’objectif de 2 % des grandes banques centrales, incitant la BoJ à l’attentisme. Mais la fonte du yen pourrait pousser l’institution à agir : « Auparavant, quand la Banque du Japon est intervenue pour acheter du yen, c’était autour de ces niveaux », a expliqué à l’Agence France-Presse David Forrester, chargé des changes du Crédit agricole à Hongkong.

« L’inflation au Japon accélère et s’étend à d’autres secteurs que la nourriture et l’énergie », deux causes de hausse des prix liées à la guerre en Ukraine et sur lesquelles les banques centrales ont peu de pouvoir, note David Forrester. Cette hausse des prix plus généralisée devrait « pousser la BoJ à changer un peu de posture », estime-t-il. L’attentisme de la Banque du Japon contraste avec la ligne ferme de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a indiqué à de multiples reprises que ses hausses de taux allaient se poursuivre pour faire courber l’échine à l’inflation.

Des monnaies européennes à la peine

« Les commentaires la semaine dernière du président de la Réserve fédérale Jerome Powell, qui a promis une action rapide pour contrôler l’inflation sans se soucier de l’effet sur l’économie américaine », profitent au dollar, ont commenté les analystes de OFX. Les marchés s’inquiétaient par ailleurs de voir l’économie chinoise faiblir, ce qui pousse les investisseurs vers le dollar, valeur refuge. L’activité manufacturière chinoise s’est effondrée en août, selon un indice indépendant, et le pays continue à suivre une stricte stratégie zéro Covid en dépit d’un nombre de contaminations très inférieur au reste du monde. De nouveaux confinements « douchent les attentes sur la vigueur du rebond de l’économie au deuxième semestre », a jugé Lee Hardman, analyste chez MUFG.

Les autres grandes devises ne faisaient pas mieux face au dollar : l’euro perdait 1,25 % à 0,9928 dollar, repassant sous le seuil de la parité avec le billet vert, tandis que la livre britannique perdait 0,95 % à 1,1511 dollar, évoluant à un niveau plus vu depuis mars 2020. La livre s’approche dangereusement de 1,1412 dollar, un seuil en dessous duquel la devise britannique sera à son plus bas depuis 1985.


Leave a Comment