Ce soir ?

Bruno Retailleau candidat à la présidence des Républicains

Written by admin


Fort de multiples soutiens, Bruno Retailleau se lance à son tour dans la course à la présidence de LR. Auprès de nos confrères du Figaro, il affirme notamment être candidat en l’absence de Laurent Wauquiez. « Je considère que Laurent Wauquiez avait toutes les qualités pour présider notre mouvement mais, en son absence, beaucoup m’ont demandé de me présenter, assure-t-il. Je ne suis pas en manque de responsabilités, mais je ne suis pas homme à me dérober. » Et d’affirmer : « Oui, je serai candidat à la présidence des Républicains. »

L’actuel patron des sénateurs LR engrange en effet les soutiens dans la course à la tête du parti, avec, un peu plus tôt ce vendredi, celui de François-Xavier Bellamy dans les colonnes du Point et du sénateur Stéphane Le Rudulier, ancien porte-parole d’Éric Ciotti. Sa présence au Sénat est d’ailleurs, selon lui, un avantage : « Que le président du premier groupe parlementaire de droite préside aussi le parti, c’est un gage de cohérence et de clarté », estime-t-il.

« Je ne suis candidat contre personne »

Opposé, pour l’instant, à Aurélien Pradié et Éric Ciotti, la candidature de Virginie Calmels ayant été rejetée, Bruno Retailleau tient à rassurer. « Je ne suis candidat contre personne. Éric Ciotti et Aurélien Pradié ont toute légitimité à se présenter, explique-t-il. Mais cette élection ne doit pas se transformer en un face-à-face entre deux camps qui joueraient la surenchère. […]. Je veux dépasser le passé et mettre la droite en ordre de bataille pour les combats de demain. »

À LIRE AUSSI« Ciotti, ça ne prend pas » : suspense relancé pour la présidence de LR ?

Quant à la ligne politique à adopter face à une majorité affaiblie qui pourrait avoir besoin de la droite, Bruno Retailleau estime : « Qu’on ne fasse pas de l’obstruction systématique, c’est du bon sens. Mais nous ne serons jamais macronistes. […]. Nous devons montrer que la politique vaut encore quelque chose, qu’il y a encore des hommes et des femmes d’honneur qui ne sont pas prêts à troquer leurs convictions pour des ambitions. » Bruno Retailleau affiche également l’ambition d’aller chercher les électeurs qui auraient pris la fuite, par la droite, à l’occasion de la dernière présidentielle. « Je tendrai toujours la main aux électeurs de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour, assure le sénateur, car je ne me résignerai jamais à ce que des Français sincèrement de droite nous aient quittés. »


Leave a Comment