Ce soir ?

Interview choc de Diana : le don de la BBC

Written by admin


La BBC n’en finit plus de battre sa coulpe pour réparer les dégâts causés par l’interview controversée de Diana en 1995 avec Martin Bashir, dans lequel elle parlait de son « mariage à trois » avec le prince de Galles. Des révélations qui avaient été suivies par plus de 20 millions de Britanniques et avaient précipité le divorce du couple princier dans les mois qui suivirent. Un rapport divulgué l’an dernier avait révélé que le journaliste Martin Bashir avait falsifié des documents pour pousser Diana à parler, provoquant une grosse polémique et salissant l’image de la très rigoureuse BBC…

Vingt-cinq ans après le décès de Diana, le groupe média du service public annonce verser 1,42 million de livres sterling (soit plus de 1,6 million d’euros) à des œuvres caritatives « liées à la princesse », à savoir des associations pour les sans-abri, les enfants, les malades du sida ou les victimes de la lèpre, rapporte le Daily Mail. L’argent provient directement des fonds de la BBC et non des droits de licence liés à la diffusion du programme, qui a été repris depuis des années sur tous les médias, précise le groupe. Lequel s’engage d’ailleurs à verser le document dans les archives historiques et à ne plus le diffuser sur ses ondes ou le céder à d’autres chaînes.

À LIRE AUSSIMort de Diana : vingt-cinq ans après, que sont-ils devenus ?

Sexe, mensonges et vidéo

Il faut dire que l’interview de Diana dans l’émission Panorama avait achevé sa rupture avec les Windsor en révélant les coulisses de son mariage, sa boulimie, l’omniprésence de Camilla et l’aptitude réelle de Charles à régner, un crime de lèse-majesté pour le palais de Buckingham, qui avait alors rapidement entamé des négociations de divorce…

Si Diana est allée si loin avec Martin Bashir, c’est parce que ce dernier l’aurait persuadée qu’elle était surveillée, traquée et mise sur écoute, accentuant ses tendances paranoïaques en l’abreuvant de mensonges et en lui montrant notamment de faux relevés bancaires. Il avait même prétendu que Charles la trompait avec Tiggy. la nounou de leurs enfants, et que celle-ci avait été contrainte d’avorter pour éviter tout scandale.

À LIRE AUSSIWilliam, Harry et les médias : la BBC jette un pavé dans la mare

Des méthodes révélées l’an dernier qui ont contraint la BBC à faire amende honorable et à présenter des excuses officielles pour ne pas avoir été assez vigilante. Le groupe a également conclu un accord financier avec le producteur de l’émission et un graphiste mis en cause, qui avaient tous deux été écartés pour avoir dénoncé à l’époque les coulisses de l’interview, ainsi que l’ancien secrétaire privé de Lady Di, qui avait souffert du scandale.

Un journaliste toujours « immensément fier » de l’interview

La BBC avait également versé 200 000 livres de dommages et intérêts à l’ex-nounou des princes William et Harry, qui avait été mêlée à ces rumeurs sordides dans le seul but de pousser Diana à tout déballer face caméra. « Nous reconnaissons que le public était en droit d’attendre mieux de la BBC », a déclaré le conseil d’administration du groupe public après la divulgation du rapport sur les coulisses de la fameuse interview, assurant que les procédures mises en place étaient désormais « beaucoup plus solides » que celles qui existaient en 1995.

À LIRE AUSSIInterview choc de Diana : pourquoi la BBC s’excuse

De son côté, Martin Bashir, qui a définitivement quitté la BBC l’an dernier, n’a jamais éprouvé de regrets sur l’interview, mis à part les faux documents bancaires, même si, selon lui, ils n’ont eu aucun effet sur le choix final de la princesse de Galles. « C’est dommage que ce seul problème finisse par éclipser la décision courageuse de la princesse de raconter son histoire, de parler des difficultés auxquelles elle a été confrontée et de contribuer à briser le silence qui entourait les problèmes de santé mental à l’époque », avait réagi le journaliste après le rapport. « Elle a ouvert la voie en abordant ces problèmes et c’est pourquoi je resterai toujours immensément fier de cette interview. »


Leave a Comment