Ce soir ?

Ukraine : la ville de la centrale nucléaire de Zaporijjia bombardée

Written by admin


Energodar, la ville où se trouve la centrale nucléaire de Zaporijjia dans le sud-est de l’Ukraine, a été bombardée mardi 6 septembre au soir, quelques heures après la publication d’un rapport de l’AIEA appelant à une « zone de sécurité » autour du site contrôlé par les Russes. « En ce moment-même, il y a des explosions dans la ville d’Energodar. Les provocations continuent. Il y a des bombardements par les occupants », a indiqué sur Telegram le maire pro-Kiev en exil, Dmytro Orlov.

Les responsables de l’occupation russe dans la région accusent, eux, l’armée ukrainienne de ces bombardements. Dmytro Orlov a, de son côté, appelé les habitants de cette ville de 50 000 habitants avant la guerre à « rester dans leurs abris » pour se protéger. Le chef de l’administration présidentielle ukrainienne, Andriï Iermak, a affirmé sur Twitter que « les provocations russes à Energodar, autour du site de la centrale nucléaire, ne marchent pas ».

« Une réponse puissante doit être apportée face aux manipulations (russes) +levez les sanctions-ayez du gaz+ », a-t-il lancé. Vladimir Rogov, membre de l’administration d’occupation prorusse dans la région de Zaporijjia, a, de son côté, rejeté ces affirmations, indiquant selon lui qu’« un bombardement par les forces armées ukrainiennes » avait abouti « à une deuxième coupure électrique » dans la journée à Energodar.

À LIRE AUSSICe que nous dit Zaporijia du nucléaire

« La situation actuelle est intenable »

Depuis plusieurs semaines, le site de la grande centrale nucléaire de Zaporijjia et les alentours, à Energodar, sont bombardés, Kiev et Moscou se rejetant mutuellement la responsabilité de ces frappes. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a réclamé, dans un rapport publié mardi, la mise en place d’une « zone de sécurité » pour prévenir un accident nucléaire à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia, occupée par les Russes.

À LIRE AUSSIBarochez – Il ne faut pas humilier l’Ukraine !

« La situation actuelle est intenable », écrit l’instance onusienne dans ce texte de 52 pages. « Il est urgent de prendre des mesures provisoires », poursuit-elle, préconisant « l’établissement d’une zone de sécurité nucléaire et de protection ». « Les bombardements sur le site et dans les environs doivent cesser tout de suite pour éviter de provoquer de nouveaux dommages aux installations », insiste l’AIEA, se disant « prête à démarrer les consultations ». L’Agence note par ailleurs « les conditions extrêmement stressantes » dans lesquelles travaille le personnel ukrainien, sous le contrôle des troupes russes.

À LIRE AUSSIBruno Tertrais – Quel monde nucléaire après la guerre d’Ukraine ?

Depuis des semaines, la confusion règne autour de la centrale de Zaporijia, la plus grande d’Europe, qui a été touchée par de multiples frappes dont Kiev et Moscou s’accusent mutuellement. Après moult tractations, une délégation de l’AIEA avait pu se rendre jeudi dernier sur son site. Deux inspecteurs doivent rester sur place de façon permanente. « J’espère qu’il sera objectif », avait déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky avant la diffusion du rapport. Il avait reproché la semaine dernière à l’AIEA d’avoir occulté la question de la « démilitarisation » du site.


Leave a Comment