Ce soir ?

Le PIB de l’Inde dépasse celui du Royaume-Uni

Written by admin


Selon les calculs de l’agence Bloomberg, établis à partir des données du FMI et des taux de change actualisés, l’Inde vient de ravir au Royaume-Uni, son ancien colonisateur, la cinquième place que celui-ci occupait dans le classement mondial des puissances économiques. Le PIB annuel de l’Inde est évalué à 3 530 milliards de dollars, contre 3 380 milliards pour celui du Royaume-Uni.

Après une hausse de 8,7 % en 2021, l’Inde devrait selon les experts du FMI voir cette année son PIB progresser de 7,4 %, un taux plus de deux fois supérieur à celui du Royaume-Uni (3,2 %), mais également de la Chine (3,3 %). Au cours du deuxième trimestre 2022, l’Inde a enregistré une croissance de 13,5 % en rythme annuel. En raison des écarts de population, le PIB par habitant reste toutefois aujourd’hui en Inde dix-neuf fois inférieur à celui observé au Royaume-Uni (2 500 dollars contre 47 000 dollars).

À LIRE AUSSIBaverez – Les ambiguïtés du national-populisme indien

L’économie indienne se situait au onzième rang mondial il y a dix ans et au quinzième en 1990. Selon les projections des économistes du Cepii, l’Inde devrait, grâce au maintien d’une forte croissance (5,5 % en moyenne par an), continuer à grimper dans la hiérarchie mondiale au cours des prochaines décennies. Elle se situerait en 2050 au troisième rang, derrière les États-Unis (2e) et la Chine (1re), mais loin devant le Japon (4e) et l’Allemagne (5e) – la France reculant de son côté à la huitième place. À cette date, le PIB de l’Inde (27 400 milliards de dollars) serait cinq fois supérieur à celui du Royaume-Uni (5 200 milliards de dollars).

À eux deux, la Chine et l’Inde représenteraient en 2050 environ la moitié du PIB mondial. Les deux géants d’Asie retrouveraient ainsi le poids qui était le leur avant le début de la Révolution industrielle. En 1820, d’après les calculs de l’économiste Angus Maddison, la Chine représentait 32,9 % du PIB mondial et l’Inde, 16 %.

À LIRE AUSSI Émissions de CO2 : les bons et les mauvais élèves


Leave a Comment