Ce soir ?

Elizabeth II et la France, un siècle d’amitié 

Written by admin


Au cours de son règne (le plus long de l’histoire britannique), Elizabeth II a sillonné la France, serré la main de tous les présidents de la Ve République et gagné le cœur de son peuple. 

En 1948, la jeune Elizabeth voyage pour la première fois en dehors du Commonwealth et choisit la France. Naît alors une histoire d’amitié, de rivalité et de fidélité entre la future reine d’Angleterre et l’Hexagone.  

Quelques années après son couronnement, en 1957, la souveraine organise sa première visite officielle à l’étranger et choisit d’abord le nord de la France où elle rend hommage aux résistants de la Seconde Guerre mondiale. La reine est ensuite reçue dans les règles de l’art par le président Coty qui lui offre un somptueux banquet dans la galerie des Glaces de Versailles. 

À LIRE AUSSIElizabeth II : avec la France, une entente très cordiale

En 1960, le président de Gaulle traverse la Manche pour la première fois depuis la fin de la guerre et retourne sur les pas de la France libre. Accueillie en héros par les Londoniens, la reine lui permet même de saluer la foule depuis le balcon de Buckingham. 

C’est à l’occasion d’une visite en France, en 1972, qu’Elizabeth II dit à Pompidou : « Nous ne roulons pas du même côté de la route, mais nous allons dans la même direction. »

Si la France et l’Angleterre commémorent souvent leur passé commun, ponctué d’unions et de conflits (toujours résolus !), elles regardent effectivement vers un avenir partagé. En 1988, l’inauguration de l’Eurotunnel donne une nouvelle impulsion à la relation franco-britannique et favorise les échanges en tout genre.

Les présidents Chirac et Sarkozy ont quant à eux été reçus à Windsor, dans tout le faste et l’apparat dont l’Angleterre est capable. 

Le président Hollande est le dernier à recevoir la reine à l’Élysée. Malgré un nombre record de cinq visites officielles en France, Elizabeth II n’avait pas eu l’occasion de retourner en France depuis 2014. 

La reine est décédée jeudi dernier, le président Macron, qui l’avait rencontrée lors de sommets internationaux, garde de Sa Majesté « le souvenir d’une amie de la France ».


Leave a Comment