Ce soir ?

Mort de Godard : le cinéma mondial « orphelin »

Written by admin


Sa mort a fait l’effet d’une bombe dans le milieu du cinéma. Jean-Luc Godard est décédé mardi à 91 ans. Le réalisateur est décédé chez lui, à Rolle, en Suisse. Les politiques français et le monde du septième art ont tenu à lui rendre hommage.

« Ce fut comme une apparition dans le cinéma français. Puis il en devint un maître. Jean-Luc Godard, le plus iconoclaste des cinéastes de la Nouvelle Vague, avait inventé un art résolument moderne, intensément libre. Nous perdons un trésor national, un regard de génie » a déploré le président de la République sur Twitter.

L’ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob a partagé son émotion à l’Agence France-Presse : « Jean-Luc Godard, c’est le Picasso du cinéma. Avec ses intuitions et ses fulgurances. En avance sur son temps, il a joué avec les mots, les images et les couleurs. Il improvisait des films-jalons, obscurs et séduisants. Le cinéma mondial est orphelin. »

Le festival a d’ailleurs tweeté : « Depuis sa première apparition au festival dans Cleo de 5 à 7 en 1962, 21 films de Jean-Luc Godard ont été projetés à Cannes. Agitateur de la manifestation de Mai 1968, Prix du Jury en 2014 avec Adieu au langage, il reçoit une Palme d’or spéciale pour l’ensemble de son œuvre en 2018. (…) C’est avec une tristesse et une gratitude immenses ainsi qu’un profond respect que le festival salue une dernière fois cet artiste sans le travail duquel le cinéma n’aurait pas le même visage aujourd’hui. »

La ministre de la Culture a, elle aussi, réagi sur les réseaux sociaux : « Jean-Luc Godard a brûlé tous les codes du cinéma, faisant déferler sur le monde une vague d’audace, de liberté et d’irrévérence. Il nous laisse un « livre d’image » à l’empreinte inoubliable. »

L’Académie des arts et techniques du cinéma mesure l’impact de la star du cinéma : « Jean-Luc Godard laisse derrière lui cent films dont presque tout autant de chefs-d’œuvre en soixante ans de carrière. Mais, selon ses dires, il ne « faisait pas de films, il faisait du cinéma ». ».

L’hommage de stars

Alain Delon, qui a été dirigé par le réalisateur, a confié à l’Agence France-Presse : « Une page de l’histoire du cinéma se tourne… Merci, Jean-Luc, pour les beaux souvenirs que tu nous as laissés. Sache que je serai toujours fier d’avoir Nouvelle Vague (film de 1990, NDLR) dans ma filmographie. » Philippe Labro, journaliste et écrivain, a lui aussi réagi : « Godard s’en va. Icône numéro un. Pour qui a vécu la première projection d’À bout de souffle, souvenir de la déflagration dans l’univers du cinéma. Filmographie unique, partagée en deux époques. »

Et Godard créa le Mépris et c’est à bout de souffle qu’il a rejoint le firmament des derniers grands créateurs d’étoiles », a réagi mardi sur Twitter Brigitte Bardot à la mort du cinéaste Jean-Luc Godard. Son message, ponctué de références à la filmographie du réalisateur, est accompagné d’une photo en noir et blanc sur laquelle elle enlace « JLG ».

En 1963, Jean-Luc Godard l’avait enrôlée pour Le Mépris, long-métrage franco-italien adapté du roman éponyme d’Alberto Moravia. Dans ce film d’anthologie, Jean-Luc Godard a offert à l’actrice une scène et des répliques cultes avec Michel Piccoli : « Tu vois mon derrière dans la glace ? – Oui… Tu les trouves jolies mes fesses ? – Oui, très… » Le réalisateur star de la mouvance Nouvelle Vague est mort mardi à 91 ans.


Leave a Comment