Ce soir ?

Ukraine : « l’heure n’est pas à la guerre », dit Modi à Poutine

Written by admin


Le Premier ministre indien a pris position contre la guerre en Ukraine lors d’un entretien télévisé avec Vladimir Poutine vendredi, en marge d’un sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Samarcande, en Ouzbékistan

« Excellence, je sais que l’heure n’est pas à la guerre », a déclaré le Premier ministre indien à Vladimir Poutine à Samarcande, au début de leur première rencontre en tête-à-tête depuis l’invasion de l’Ukraine par les forces russes, selon des images diffusées par le radiodiffuseur de service public indien Doordashan. Mais Narendra Modi a toutefois souligné l’importance de « la démocratie, de la diplomatie et du dialogue ». Les deux dirigeants discuteront de « la manière d’avancer sur la voie de la paix », a ajouté le Premier ministre indien.

Vladimir Poutine a pour sa part assuré qu’il souhaitait terminer « le plus vite possible » le conflit en Ukraine, tout en disant comprendre les « inquiétudes » de l’Inde à ce sujet. « Malheureusement, c’est juste que la partie adverse, les dirigeants de l’Ukraine, a refusé tout processus de négociation, et a indiqué qu’elle voulait atteindre ses objectifs par la voie militaire, sur le champ de bataille », a poursuivi le chef du Kremlin, selon un échange retransmis à la télévision russe. L’Inde s’est abstenue de condamner explicitement l’invasion russe de l’Ukraine, qui a fait grimper en flèche le prix du pétrole et d’autres produits de base.

À LIRE AUSSILe chef de guerre russe qui cible « le clown » Poutine

New Delhi qualifie Moscou de « pilier essentiel » de la politique étrangère indienne en raison de son « partenariat stratégique » pour sa sécurité nationale. L’ancien ambassadeur indien en Russie, Pankaj Saran, a qualifié les commentaires de Modi d’« assez francs » en déclarant que la crise ukrainienne « avait attiré l’attention du monde entier et créé des problèmes pour le monde en développement ».

Les propos du dirigeant indien sont intervenus un jour seulement après que Vladimir Poutine a reconnu que la Chine, principal allié de la Russie, avait des « préoccupations » concernant le conflit en Ukraine. « C’était un message assez fort à la Russie », a-t-il déclaré sur la chaîne Doordashan. « En tant qu’ami, sa recommandation et la position de l’Inde sont que cela doit être résolu uniquement par le dialogue et la diplomatie. »

L’invasion russe de l’Ukraine a mis en évidence la difficulté de l’exercice d’équilibre de New Delhi avec l’Occident. L’Inde est restée sourde aux appels de Washington à condamner la Russie, mais poursuit une coopération plus étroite avec les États-Unis, notamment en tant que membre de l’alliance informelle du « Quad », aux côtés du Japon et de l’Australie.

À LIRE AUSSIÀ Zaporijia, l’ingéniosité des Ukrainiens au service de l’armée

En juin, New Delhi a néanmoins cosigné une déclaration du G7 s’engageant à « respecter l’intégrité territoriale et la souveraineté des autres États » et appelle régulièrement la Russie et l’Ukraine « à retourner à la table des négociations ». Vladimir Poutine s’était rendu en Inde à la fin de l’année dernière, pour son deuxième voyage à l’étranger depuis la pandémie de coronavirus, son but étant de renforcer les liens militaires et énergétiques des deux pays.

À LIRE AUSSI« Cette crise aurait dû être le moment de gloire du nucléaire français ! »

New Delhi est le deuxième plus grand importateur d’armes au monde après l’Arabie saoudite et, selon le Business Standard, entre 2016 et 20, 49,4 % de ses achats provenaient de Russie. Le géant d’Asie du Sud de 1,4 milliard d’habitants, grand consommateur de pétrole russe, a considérablement accru ses achats depuis l’embargo occidental. En revanche, l’Inde a considérablement augmenté ses achats de pétrole russe, les raffineurs indiens bénéficiant de rabais importants.

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a récemment accusé l’Inde, derrière sa neutralité déclarée, de « tirer profit » ainsi des « sacrifices » ukrainiens et occidentaux.


Leave a Comment