Ce soir ?

Le petit-déjeuner n’est pas épargné par l’inflation

Written by admin


Les produits les plus basiques du petit-déjeuner n’ont jamais coûté aussi cher. Selon les derniers chiffres de l’Insee, publiés jeudi, la hausse des coûts de production, liée à la flambée des prix de l’énergie, ainsi que l’augmentation des coûts du transport, ont fortement impacté le premier repas de la journée. Entre août 2021 et août 2022, certains prix ont explosé, rapporte BFMTV. Le beurre a connu la hausse la plus élevée de tous ces produits. Il coûte désormais 15,8 % plus cher.

D’autres produits du petit-déjeuner sont aussi fortement impactés, comme les œufs qui ont vu leur prix croître de 11,4 %, mais aussi les yaourts (+9,7 %), les céréales (+9,5 %), le sucre (+9,1 %), le pain (+8,2 %), les confitures, miels et compotes (7,8 %) et enfin les fruits frais (+3,2 %). Ces fortes hausses concernent aussi les boissons du matin, notamment le café qui a augmenté de 11,2 %. Le lait écrémé ou demi-crémé (+9,4 %), le lait entier (+7,8 %), le chocolat en poudre (+6,7 %), les jus de fruits (+6 %) et les thés et infusions (3,1 %) ont également subi de plein fouet l’inflation.

À LIRE AUSSILe sarrasin à la reconquête des champs bretons

Outre les coûts de production et de transport, certaines de ces hausses s’expliquent par le coût des matières premières. Le café, par exemple, est devenu plus cher cette année à cause d’une mauvaise récolte. Les violents épisodes de gel et d’inondations au Brésil, premier producteur au monde, ont contraint le pays à détruire une partie de son café, ce qui a considérablement réduit l’offre sur le marché. Les produits électroniques sont aussi victimes de l’inflation : le prix des réfrigérateurs a augmenté de 11 % et celui des machines à café de 2 %, selon les chiffres de l’UFC-Que choisir.

Leave a Comment