Ce soir ?

Un joueur de l’OL raconte comment il a fui l’Ukraine au début de la guerre 

Written by admin


Son récit pourrait correspondre à celui de centaines de milliers d’autres réfugiés qui ont quitté l’Ukraine le 24 février. Mais, le sien est fort. Dans les colonnes de L’Équipe, Tetê, l’ailier droit de l’Olympique lyonnais s’est confié sur son départ depuis le Chakhtar Donetsk, pour rejoindre la Pologne, puis « assez vite » la France.

Loin des stéréotypes qui collent à la peau des footballeurs, le sportif de haut niveau originaire du Brésil assure qu’il était « conscient » du conflit déjà en cours entre la Russie et l’Ukraine concernant l’Est du pays. « On n’était jamais à Donetsk, on jouait à Kiev. On ressentait très bien cette tension et on en parlait. Pour moi, la guerre avait déjà commencé ». Puis, vint la journée du 24 février. Ce jour où, depuis Moscou, le président russe Vladimir Poutine décide de la mise en œuvre « d’une opération spéciale » dans l’Est de l’Ukraine. « C’est arrivé au petit matin. On n’a pas réfléchi longtemps avec ma femme. On a pris la voiture avec quelques affaires et on est partis vers la Pologne », se remémore-t-il.

En mars dernier, le cap des trois millions de réfugiés ayant franchi la frontière polono-ukrainienne est dépassé. Un afflux massif qui a causé une très longue attente du côté ukrainien. « À la frontière, on a mis vingt-deux heures pour faire les deux derniers kilomètres. Il y avait beaucoup, beaucoup de monde », se souvient le footballeur. Tetê explique être resté sur le sol polonais durant deux mois. Pour ne pas se laisser aller, il assure avoir « pris un abonnement dans une salle de sport ».

À LIRE AUSSIQui sont les sportifs ukrainiens mobilisés sur le front ?

« C’est allé vite » avec le club rhodanien

Très vite, le jeune homme décide d’en faire davantage. « Je faisais des paniers alimentaires, avec tous les produits de base et pour les besoins essentiels, et je les donnais aux gens qui arrivaient », explique-t-il. Une action bénévole qu’il a pu réaliser, grâce à sa « bonne condition financière », selon ses propres mots.

Début avril, l’Olympique lyonnais se décide à contacter le jeune footballeur, encore sous contrat, mais ne faisant plus de match. Une appel lié à une décision de l’UEFA qui autorisait les joueurs sous contrat en Ukraine à se libérer « temporairement » de leurs contrats. Dans un premier temps, l’OL fait signer un contrat de trois mois au jeune brésilien.« C’est allé vite. Je venais de passer plusieurs semaines sans dribbler personne, sans même toucher un ballon ! La première fois que j’ai retouché à un ballon, c’était à Lyon, au stade, et j’ai marqué tout de suite. J’étais trop heureux à ce moment-là », raconte-t-il. Désormais, il attend un contrat plus long avec l’OL, alors qu’il était encore en prêt.


Leave a Comment