Ce soir ?

Crise énergétique : l’université de Strasbourg prend une décision radicale

Written by admin


Du télétravail imposé pour le personnel et les étudiants. Pour atteindre l’objectif fixé par le gouvernement aux établissements publics (réduire de 10 % la consommation d’énergie sur les deux prochaines années par rapport à 2019), les services de l’université de Strasbourg (Unistra) ont annoncé un plan d’action, lundi 19 septembre, rapporte France 3. Le président, Michel Deneken, a envoyé les grandes lignes dans un courriel adressé au personnel et une vidéo aux étudiants.

Parmi les mesures retenues, la fermeture de l’établissement pour deux semaines supplémentaires en pleine année universitaire. La première semaine de janvier sera une semaine de fermeture administrative. Les étudiants seront ainsi en congé quatre jours supplémentaires à Noël avec une reprise le lundi 9 janvier au lieu du 2 janvier. Une seconde semaine de fermeture interviendra lors des congés scolaires de février, à leur fin, en fonction des activités qui se feront à distance.

Une facture énergétique doublée

Face à l’explosion du prix de l’énergie, ce plan de sobriété énergétique doit permettre dès à présent de faire baisser significativement la consommation et la facture de l’institution en vue d’un hiver qui s’annonce tendu. « Les évolutions récentes confirment cette importante tendance haussière tant pour le gaz que pour l’électricité. Cela aura inévitablement des conséquences sur notre facture énergétique », indique Michel Deneken. Selon lui, la facture énergétique va doubler et passer de 10 à 20 millions d’euros sur un budget total de près de 600 millions, précise le site d’actualités régionales.

À LIRE AUSSITransition énergétique : la facture s’annonce salée

« Pendant ces périodes de fermeture des locaux, peu d’étudiants seront présents sur les campus et peu de cours seront assurés, même en distanciel et les personnels – sauf cas exceptionnels justifiés – mèneront leurs activités depuis leur domicile, en télétravail. Nous serons néanmoins attentifs à maintenir ouverte une bibliothèque pour permettre aux étudiantes et étudiants de travailler et préparer leurs examens », assure-t-il cependant. L’université propose également de limiter dans le temps la mise en place du chauffage et de maintenir les bâtiments à 19 degrés.

Les syndicats n’ont pas tardé à réagir à ce plan d’action. La Fédération syndicale unitaire (FSU) voit dans cette situation « une des conséquences délétères de la loi responsabilité des universités (LRU) qui a transféré aux établissements la gestion matérielle et financière de leurs bâtiments et celle de la masse salariale d’agents, sans leur garantir la sécurité de leurs ressources financières ». Les représentants du personnel, eux, souhaitent une transparence sur les économies réalisées grâce à ces mesures.


Leave a Comment