Ce soir ?

« Comment se casser un bras », la recherche qui gagne du terrain en Russie

Written by admin


C’est une conséquence insolite de l’allocution de Vladimir Poutine. Comme le rapporte Numerama, jeudi 22 septembre, qui se base sur les statistiques de Google Trends, de nombreux Russes ont recherché sur Google « comment se casser un bras » ou encore « quitter la Russie », juste après que leur président a décrété la mobilisation partielle mercredi pour renforcer les forces russes sur le front en Ukraine. Quelques instants après la prise de parole de Vladimir Poutine, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a précisé que cela concernerait 300 000 réservistes, soit à peine « 1,1 % des ressources mobilisables ».

Les recherches sur le Web dans le pays, avec un pic jamais atteint sur Google Trends en Russie pour la question « comment se casser un bras », prouvent qu’un grand nombre de Russes semblent prêts à tout pour ne pas se rendre en Ukraine. Car être considéré comme inapte à prendre une arme empêche tout simplement d’être réquisitionné par le Kremlin. Cela semble être la seule manière viable pour ne pas combattre, car la limite d’âge pour le service militaire, qui était initialement fixée à 40 ans dans le pays, vient d’être réhaussée à 61 ans et demi, soit l’âge de départ à la retraite en Russie, précise le média. Tous les réservistes n’ayant pas atteint cet âge sont donc à même de rejoindre leurs compatriotes sur la ligne de front en Ukraine, à moins d’être blessé.

À LIRE AUSSIGuerre en Ukraine : les scénarios d’un accident nucléaire

Les vols pour quitter la Russie complets

Autre solution qui semble être plébiscitée par certains, quitter le pays. Alors que près de 80 000 citoyens russes avaient déjà fui leur pays direction Istanbul en mai dernier, les réservations de billets d’avion ont explosé ces dernières heures. À tel point que l’essentiel des vols sont déjà réservés et que les seules places disponibles se vendaient à partir de 2 700 euros l’unité dès la fin de la prise de parole de Vladimir Poutine. La majorité des réservations se faisait vers la Turquie, l’un des seuls pays proches à accepter les personnes sans visa, note Numerama. Les vols ralliant Moscou à Minsk, en Biélorussie, affichaient également complet.

À LIRE AUSSIVu de Kharkiv : « Poutine mobilise ? Tant mieux ! »


Leave a Comment