Ce soir ?

Élisabeth Borne se rendra à Alger les 9 et 10 octobre

Written by admin


La Première ministre française Élisabeth Borne se rendra en Algérie les 9 et 10 octobre pour concrétiser avec son homologue algérien Aïmene Benabderrahmane, en comité intergouvernemental, le « partenariat » conclu entre les présidents des deux pays fin août, a annoncé Matignon samedi.

« En ligne avec la Déclaration conjointe d’Alger pour un partenariat renouvelé entre l’Algérie et la France », adoptée à l’occasion de la visite du président français Emmanuel Macron fin août, « les membres des gouvernements français et algérien se réuniront pour réaffirmer leur détermination à promouvoir l’amitié entre la France et l’Algérie, et approfondir la coopération bilatérale dans les domaines d’intérêt commun », selon cette source.

Des annonces seront faites « prochainement » sur une possible augmentation des livraisons de gaz algérien en direction de la France, en pleine crise énergétique alimentée par la guerre en Ukraine, avait aussi précisé le porte-parole du gouvernement Olivier Véran au lendemain de la visite d’Emmanuel Macron en Algérie, qui s’était félicité qu’Alger aide « à la diversification » des approvisionnements en gaz de l’Europe.

« La jeunesse des deux pays » au programme

Élisabeth Borne, accompagnée de plusieurs membres du gouvernement français, coprésidera, « avec son homologue algérien Aïmene Benabderrahmane, la cinquième session du comité intergouvernemental de haut niveau » (CIHN), a précisé Matignon. « La jeunesse des deux pays » sera au menu de ce comité intergouvernemental de haut niveau, « qui permettra également d’avancer sur les questions économiques et la transition écologique », précise Matignon. « Un partenariat renouvelé, concret et ambitieux » : après des mois de crise, Emmanuel Macron et son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune avaient gravé dans le marbre le 27 août, dans une déclaration commune, la relance des liens bilatéraux, au terme d’une visite de trois jours du chef de l’État français en Algérie. Mais elle doit maintenant s’accompagner de gestes concrets.

À LIRE AUSSIFrance-Algérie : défis et limites de la commission mixte d’historiens

Le président algérien avait évoqué, lors de cette visite, la relance de plusieurs comités intergouvernementaux dont le CIHN, le comité mixte économique franco-algérien, le comité de dialogue stratégique algéro-français et « une intensification des visites de haut niveau ». Il était prévu aussi d’« intensifier la coopération à tous les niveaux et les échanges commerciaux ». Lors de cette visite, les deux dirigeants avaient par ailleurs ouvert la voie à un assouplissement du régime de visas accordés à l’Algérie, en échange d’une coopération accrue d’Alger dans la lutte contre l’immigration illégale. Sur le sujet sensible de la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie, une commission d’historiens algériens et français doit également être installée pour examiner « sans tabou » les archives des deux pays.


Leave a Comment