Ce soir ?

La reconversion de Blanquer à l’université d’Assas crée des remous

Written by admin


L’ancien ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a intégré l’université Paris-Panthéon-Assas. Trois mois après sa défaite aux élections législatives dans le Loiret, il a vécu ce mois-ci la rentrée en tant que professeur au sein de l’établissement, relaie Le Parisien. Il y dispense des cours de droit constitutionnel général, pour des étudiants de Master 2 Droit public approfondi.

Pour sa première apparition, le 8 septembre dernier, lors de la prérentrée solennelle de l’université, l’ex-ministre a fait profil bas. « Nous n’étions pas vraiment surpris de sa présence, car nous savions en interne que sa procédure de recrutement avait abouti. Jean-Michel Blanquer ne s’est pas éternisé après le discours du président de l’université, mais il avait l’air très à l’aise et a conversé avec plusieurs professeurs », indique un participant à l’événement. La création d’un poste sur mesure pour Jean-Michel Blanquer avait fait polémique jusque dans l’université Paris-II.

« C’est scandaleux »

Si le président de l’université Paris-Panthéon-Assas, Stéphane Braconnier, avait fait valoir le « caractère inhabituel, voire exceptionnel, de la demande », du côté des syndicats la nouvelle n’a pas été bien reçue. « Il y a a minima une question du non-respect des procédures réglementaires : ce poste n’est pas profilé, il n’y a pas de consultation… C’est une annonce qui fait désordre et qui nous met en colère », avait réagi Anne Roger, secrétaire générale du syndicat SNESUP-FSU. « Il suffit qu’un ministre ait besoin d’un poste et on en trouve un, c’est scandaleux », avait-elle ajouté.

À LIRE AUSSIBlanquer : après son KO politique, sa mort sociale ?

Sa nomination ne semble toujours pas avoir été digérée au sein de l’établissement, affirme le quotidien. « Le problème dans cette affaire, c’est qu’on ne daigne pas créer de postes pour embaucher de nouveaux professeurs, et pour M. Blanquer c’est possible. L’ancien ministre a en quelque sorte bénéficié d’un coupe-file », déplore Aubin Jupin, de l’association étudiante Assas in Progress, qui regrette que l’intéressé n’ait « rien publié depuis plus de quinze ans et [n’ait] pas enseigné depuis de nombreuses années ». Jean-Michel Blanquer est docteur de l’université Paris II Panthéon-Assas où il a enseigné au début de sa carrière.


Leave a Comment