Ce soir ?

Meeting de Jordan Bardella : des violences entre manifestants et police

Written by admin


Des incidents ont éclaté, dimanche 25 septembre, à Bruz, près de Rennes, entre les forces de l’ordre et des manifestants, qui ont tenté d’empêcher un meeting de Jordan Bardella, organisé dans le cadre de la campagne interne pour la présidence du Rassemblement national. La fédération d’Ille-et-Vilaine du RN a expliqué que des manifestants sont parvenus à s’infiltrer à proximité d’une ferme où devait se tenir la prise de parole du président par intérim du RN, selon Le Parisien. « Ils ont fait une attaque très coordonnée, ils ont brûlé des pneus, ils avaient des pétards qui ont explosé à côté d’enfants, c’est très grave », a-t-elle assuré.

Jordan Bardella a réagi sur Twitter face à la violente manifestation. « Des milices antifa ont réussi à accéder à la ferme où devait se tenir notre meeting. Un cocktail Molotov a été lancé contre l’une de nos voitures qui a pris feu. C’est un véritable scandale dont est directement responsable le préfet d’Ille-et-Vilaine ! » a-t-il dénoncé, avant de saluer l’intervention des policiers et des gendarmes qui ont dispersé la foule.

« Le préfet d’Ille-et-Vilaine est en dessous de tout »

Autre réaction, celle du président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bretagne, Gilles Pennelle, qui a mis en cause le manque d’anticipation de la préfecture locale. « Incapable d’évaluer la réalité de la menace, incapable d’empêcher les violences de l’extrême gauche, incapable de protéger les honnêtes citoyens qui se rendent à une réunion politique champêtre, le préfet d’Ille-et-Vilaine est en dessous de tout ! » a-t-il lâché sur le réseau social. La fédération a confirmé que Jordan Bardella a finalement pu accéder au lieu du meeting en voiture.

À LIRE AUSSIPrésidence du RN : les dessous de la guerre Bardella-Aliot

La réunion organisée autour de la venue de Jordan Bardella avait été annoncée sur les réseaux sociaux il y a quelques jours, selon la fédération locale, et quelque 300 militants inscrits y étaient attendus. L’Assemblée générale antifasciste de Rennes avait lancé un appel depuis plusieurs jours « pour empêcher la tenue de ce meeting ».


Leave a Comment